Cérémonie du 11 novembre 2014

Une cérémonie intercommunale

Comme chaque année, les communes de Crocy, Fourches, Le Marais La Chapelle, Les Moutiers en Auge et Vignats se sont réunies pour commémorer ensemble l'Armistice du 11 novembre 2014.

Nous avions rendez-vous à 9h15 avec les Anciens Combattants, Porte-Drapeaux et élus devant l'église de Barou en Auge.

A 9h30, une cérémonie religieuse honora les hommes et femmes décédés lors des conflits. Cette cérémonie religieuse fut orchestrée par le Père Sudol, Diacre du Pays de Falaise. Nous étions réunis avec les communes du secteur de Morteaux-Couliboeuf car, faute de prêtre, il n'a pas été possible d'organiser une messe aux Moutiers en Auge.

A 10h30, nous nous sommes recueillis avec notre Conseillère Générale, Madame Clara DEWAËLE CANOUEL devant le monument aux morts de la commune de Les Moutiers en Auge.

Nous avons écouté le discours du Secrétaire d'Etat, ainsi que celui des anciens combattants. La liste des "Morts pour la France" a été lue par Monsieur Gustave BENET le Président des Anciens Combattants. Nous avons ensuite entonné la Marseillaise.

Aux Moutiers en Auge

A l'issue de la cérémonie, un verre de l'amitié a été offert par la Commune des Moutiers en Auge. Puis 21 personnes se sont rendus à POnt d'Ouilly, au "Relais du Commerce" pour partager un repas trés convivial.

Une délégation Vignataise a fait le déplacement pour honorer la Mémoire de tous ces soldats morts pour la France.

Délégation Vignataise 11/11/2014

Discours de M. Kader Arif ( lu par M. Yves ROSET, Maire des Moutiers en Auge)

Commémoration de la Victoire et de la Paix

Hommage à tous les « morts pour la France »

Message du 11 novembre 2014

 

Depuis plusieurs mois, la France se remémore la première année de la Grande Guerre dans le cadre d'un centenaire unanimement partagé. Les Françaises et les Français se mobilisent pour rendre hommage à leurs aînés et rappeler leur fierté à l'égard de l'histoire de notre pays.

 Nous nous souvenons de ce 3 août 1914. De ce tocsin qui retentit dans les villes françaises et alerte la population. De ces millions de Français qui se mobilisent.

 Nous nous souvenons avec respect et émotion de cette journée du 22 août 1914 qui dévoile l'horreur effroyable de la guerre. De ces 27 000 jeunes Français qui meurent au combat ce jour-là. 

Nous nous souvenons de ce 12 septembre 1914, de ce sursaut français qui redonne foi en nos combattants et en la France.

 Mais il nous appartient surtout aujourd'hui à toutes et à tous de nous souvenir de ce 11 novembre 1918, de cette paix que chacun de nos concitoyens croyait alors éternelle. Du courage de nos soldats, de la volonté de notre pays, des souffrances partagées des Français durant quatre années. De la force de la République qui jamais ne plia et du triomphe de ses valeurs. De nos soldats tombés ces dernières années sur les théâtres d'opérations extérieures pour perpétuer l'héritage de leurs aînés.

 Depuis un an, le centenaire de la Grande Guerre mêle intimement mémoire familiale et mémoire nationale. Il est vécu dans chaque commune, chaque famille, chaque foyer. Il rassemble l’État, les collectivités territoriales et les associations. Malgré le temps qui passe et nous éloigne d'un siècle que cette guerre a ouvert, le centenaire mobilise les anciens combattants, les jeunes et au-delà tous les citoyens de notre pays autour de cette histoire.

 Il témoigne de la réalité de la guerre, de sa brutalité, de son humanité aussi parfois, de son caractère mondial enfin, en particulier ce jour à Notre-Dame de Lorette à travers l'inauguration d'un mémorial où sont inscrits par ordre alphabétique les noms de près de 600 000 combattants de toutes nationalités morts sur les terres du Nord-Pas de Calais.

 Ces 600 000 noms aujourd'hui gravés dans le marbre de l'histoire et dans la mémoire de l'humanité nous rappellent combien la mémoire de la Grande Guerre est une mémoire mondialisée et pacifiée.

 Aussi, cette journée du 11 novembre est dédiée à la fraternité entre les peuples et à la paix.

 Elle invite à la réflexion que chacun d'entre nous doit conduire sur la nécessité de préserver la paix, de défendre les fondements de notre République et de l'Europe et de garantir la place de la France dans le monde.

 

 

KaderARIF,

Secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Défense,

chargé des Anciens combattants et de la Mémoire